Le climat, du froid polaire aux chaleurs tropicales

Météo actuelle à Yakoutsk

Météo ces prochains jours à Yakoutsk

La Yakoutie est une terre de contrastes naturels. En raison de son climat hypercontinental, l’amplitude thermique atteint les 100 °C : de 40 °C en été à – 60 °C l’hiver. C’est sur le territoire yakoute que se trouve le Pôle du Froid de l’hémisphère nord – c’est-à-dire l’endroit habité le plus froid du monde – à Oïmiakon, où l’on a enregistré une température de – 71,2 °C.

En Yakoutie, les hivers sont longs, froids et secs ; les étés sont courts et très secs sur la majeure partie du territoire, accusant des températures relativement élevées. Toutefois, l’air reste constamment frais et pur.

Durée du jour

En hiver, le soleil est tellement bas que les journées sont fortement raccourcies. La partie du territoire située au-delà du cercle polaire, quant à elle, est plongée dans l’obscurité la plus totale durant plusieurs mois ; c’est ce que l’on appelle les nuits polaires. Avis aux amateurs de spectacles célestes : par nuit claire, il arrive qu’une aurore boréale s’empare du ciel pour exécuter sa danse lumineuse.

Aurore polaire observée en Yakoutie le 24 mars 2009. Crédits photographiques : Akhmetsafin Rouslan.

En été, le soleil étant très haut dans le ciel, les journées sont caractérisées par une forte luminosité et un air très sec. C’est alors que l’on assiste au phénomène des nuits blanches : la durée du jour atteint 20 heures dans la région de Yakoutsk, alors qu’au nord, le soleil ne se couche pas et offre 24 heures de clarté.

L’hiver

Sur la majeure partie du territoire yakoute, janvier est le mois le plus froid de l’année. Au littoral, les températures relevées en janvier et en février sont semblables, alors que dans les îles yakoutes, le record du froid est atteint en février. De novembre à février, les températures les plus faibles sont relevées dans les régions soumises à l’influence de l’anticyclone de Sibérie, c’est-à-dire les oulous d’Oïmiakon et de Verkhoïansk. En janvier, la moyenne y atteint respectivement – 50 °C et – 48,6 °C.

Ponctuellement, les températures peuvent chuter sous les – 60 °C sur la quasi-totalité du territoire. Les températures les plus basses sont relevées dans les montagnes de l’est, dans les dépressions topographiques (cuvettes, combes), dans les vallées étroites et autres dépressions où stagne l’air froid. Les minima peuvent atteindre – 71,2 °C à Oïmiakon, soit le record absolu de l’hémisphère nord, et – 68 °C à Verkhoïansk. Dans les terres situées dans le sud et le sud-ouest de la Yakoutie, le mercure peut avoisiner les – 58 à – 62 °C, alors qu’au littoral et dans les îles, les températures ne descendent jamais sous les – 46 à – 52 °C.

L’été

Presque partout en Yakoutie, le retour de la chaleur est caractérisé par une augmentation rapide des moyennes journalières au printemps, et leur brusque chute en automne. Juillet est le mois le plus chaud de l’année. Au littoral et dans les îles, les températures des mois de juillet et août sont sensiblement proches, alors qu’en Yakoutie Centrale, les journées les plus chaudes sont enregistrées entre mai et août. En juillet, le mercure affiche en moyenne 17 à 19 °C dans les terres du centre, du sud et du sud-ouest présentant un paysage relativement plat. Toutefois, dans les plaines au nord de la rivière Viliouï, le thermomètre n’indique que 12 à 15 °C, et des températures moins élevées encore en altitude. Les températures les plus froides sont relevées au littoral et dans les îles, où le thermomètre n’affiche que 2 à 4 °C. Sur la majeure partie du territoire, à très basse altitude, le mercure peut grimper jusqu’à 34 à 38 °C tandis qu’au littoral, la température maximale est comprise entre 29 et 32 °C et 18 à 24 °C dans les îles.

En raison de la complexité du relief et des différentes zones physiographiques sur lesquelles est située la Yakoutie, la période sans gel varie fortement. Ainsi, on observe dans la vallée de la moyenne Léna un record de 95 jours, alors que le gel ne donne du répit à la toundra que pendant deux mois à peine. De plus, d’une année à l’autre, il peut même y geler durant tout l’été, avec des interruptions de moins de 30 jours. En ce qui concerne les îles, le sol ne dégèle jamais. Dans les montagnes, ces périodes s’étalent sur un nombre de jours variable.

Durant la saison estivale, le paysage est fréquemment balayé par des masses d’air froid en provenance du nord. Ces flux contiennent peu de vapeur d’eau et ne s’apparentent donc pas au brouillard. Ces incursions, couplées aux conditions favorables à la stagnation de l’air froid, c’est-à-dire uniquement par temps clair, empêchent ponctuellement et localement le territoire de dégeler durant l’été, en particulier dans les zones montagneuses.

Capture d’écran 2013-07-02 à 13.07.20

Où se trouve la Yakoutie ?

Carte de la Yakoutie (Source : Wikipédia)

Carte de la Yakoutie (Source : Wikipédia)

Située dans la partie nord-est du continent asiatique, la Yakoutie couvre les bassins de la Léna, de la Yana, de l’Indiguirka et de la basse Kolyma. Au nord, la Yakoutie est bordée par la mer des Laptev et la mer de Sibérie orientale, ce qui représente plus de 4 000 km de côtes.

Elle est entourée par les entités administratives suivantes (Vous trouverez une explication de l’organisation politique et administrative de la Russie dans un prochain billet) :

  • Au sud : l’oblast d’Amour ;

  • Au sud-est : le kraï de Khabarovsk ;

  • Au sud-ouest : l’oblast d’Irkoutsk ;

  • À l’est : l’oblast de Magadan et le district autonome de Tchoukotka ;

  • Au nord-ouest : l’okroug du Taïmyr (lui-même intégré au kraï de Krasnoïarsk) ;

  • À l’ouest : l’Évenkie (district autonome des Évenks intégré au kraï de Krasnoïarsk).

Euh… Ok, mais encore ? Au milieu de la Russie, ça donne ça :

Source : Wikipédia

Source : Wikipédia